Les différentes situations de handicap

les différentes situations de handicap

La France compte environ 12 millions de personnes en situation de handicap, soit près de 20 % de la population française. De nombreux dispositifs voient le jour au fil des années afin d’améliorer l'accessibilité de certains bâtiments ou lieux aux personnes à mobilité réduite ou handicapées. 


Que se cache-t-il derrière l’expression “en situation de handicap” ? Quelles sont les situations de handicap qui nous entourent ? Quels sont les obstacles rencontrés en fonction des handicaps ? 


Ramp’n Go vous explique tout dans cet article.


Lorsque nous parlons de handicap, nous avons souvent en tête l’image d’une personne à mobilité réduite en fauteuil roulant. Pourtant, 80 % des handicaps sont non visibles. Entre les troubles moteurs, la déficience visuelle, les troubles psychiques ou les maladies dégénératives, les différents types de handicap sont nombreux. 

Qu’est-ce que le handicap ?


Dans le droit, le handicap est défini par la loi n°2005-102 du 11 février 2005 comme “toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant.” 


Avec cette définition, la loi énumère plusieurs situations de handicap qui sont reconnues par le corps médical. 

Qu’est-ce qu’une personne handicapée motrice ?


Un handicap moteur ou trouble moteur est une situation de handicap souvent physique dans laquelle la personne a une atteinte partielle ou totale de sa motricité. Ses membres supérieurs ou inférieurs peuvent être touchés par ces troubles moteurs. Cet handicap est souvent le plus connu puisqu’il fait partie des situations les plus visibles


La personne a généralement du mal à bouger, à se déplacer ou à marcher. Certaines personnes handicapées motrices sont alors en fauteuil roulant ou s’aident d’une canne pour vivre. L’un des principaux obstacles de cet handicap est donc la mobilité très réduite.


Quelques exemples de situations de handicap moteur :


  • une amputation ou une agénésie ;
  • l’infirmité motrice cérébrale ;
  • un traumatisme crânien ;
  • problème au niveau de la moelle épinière.

Le handicap mental, un obstacle pour la vie sociale des personnes handicapées


Le handicap mental est aussi appelé déficience intellectuelle. Il touche principalement les fonctions cognitives, de la motricité, du langage et de la socialisation. Les enfants ou adultes souffrant d’un handicap mental peuvent avoir du mal à s’exprimer en public ou à interagir. 


La communication est donc un obstacle important d’un handicapé mental. Il faut que les aidants autour de lui prennent le temps de l’accompagner vers l'extériorisation de ses pensées et la canalisation de ses émotions. Près de 2 % de la population mondiale est atteinte d’un handicap mental.


Quelques exemples de situations de handicap mental :

  • l’autisme ;
  • la trisomie 21 ;
  • le syndrome X Fragile ;
  • le syndrome de Prader-Willi.

La déficience visuelle et ses obstacles dans la vie quotidienne


Le handicap visuel est une troisième situation de handicap. Une situation bien plus complexe que “je suis aveugle ou je suis voyant”. En effet, la déficience visuelle comporte plusieurs échelles de voyance. 


Le handicap s’évalue en fonction de l’acuité visuelle et de l’état du champ visuel. Grâce à ces deux éléments, le professionnel médical saura faire la différence entre une personne malvoyante et une personne aveugle. 


Le handicap visuel peut être un obstacle dans de nombreuses situations : du niveau scolaire pour les enfants jusqu’à l’environnement professionnel pour les adultes. À noter qu’une personne est reconnue comme malvoyante lorsque les lunettes ne peuvent pas corriger le handicap à elles-seules. 


Quelques exemples de malvoyance :


  • l’amétropie ;
  • décollement de la rétine ;
  • le glaucome ;
  • la cataracte.

La perte auditive, un handicap de tout âge


En France, plus de 5 millions de personnes sont malentendantes. Contrairement aux idées reçues, la déficience auditive n’est pas réservée aux personnes âgées. D’ailleurs, il n’est pas rare de voir des enfants appareillés. 


Les publics en situation de handicap auditif ont principalement une diminution totale ou partielle de l’audition. Certains connaissent même des modifications de la perception du bruit. Une personne est sourde lorsque sa perte auditive est supérieure à 70 décibels tandis qu’une personne est malentendante lorsque la perte auditive est comprise entre 20 et 70 décibels. 


La surdité peut survenir à tout âge à la suite de certaines maladies ou d’un traumatisme. L’environnement sonore au travail peut également être une cause de la perte d’audition. Être malentendant est un obstacle de poids dans la vie sociale, pour effectuer un travail ou pour s’occuper d’un enfant. 


Heureusement, des dispositifs existent pour accompagner et aider toutes ces personnes handicapées. De nombreux objets sont désormais en braille ou en relief et même le milieu scolaire prend à cœur de rendre accessible l’école pour un enfant malentendant. 


Quelques exemples de troubles de l’audition :

  • acouphènes ;
  • vertiges ;
  • déficience auditive ;
  • cophose.

Les troubles psychiques et leurs obstacles dans la vie sociale et professionnelle


Reconnu uniquement en 2005, le handicap psychique n’est pas similaire au handicap mental contrairement aux idées préconçues. Il s’agit d'une autre situation de handicap qui intervient au moment de la vie adulte de la personne. Le handicap psychique est généralement la conséquence d’une maladie psychique


Concrètement, la personne en situation de handicap psychique souffre à cause de changements d’humeur, de pensées ou de personnalités. Ses capacités intellectuelles sont préservées mais les troubles psychiques ont une action non négligeable sur son organisation. 


Par exemple, les publics handicapés psychiques ont souvent du mal à planifier, anticiper ou organiser un événement. Ils ont peur de l’inconnu et de l’inattendu. Le temps peut devenir leur pire ennemi lorsque la patience est de mise. 


De plus, ce sont des personnes qui peuvent avoir des difficultés à se contrôler et à gérer leurs émotions. Dans un centre médico-social, les professionnels de la santé vont avoir un rôle d’accompagnement important de ces publics vers plus d’autonomie et d’auto-gestion. 


Quelques exemples de handicap psychique :

  • schizophrénie ;
  • bipolarité ;
  • dépression ;
  • troubles obsessionnels et compulsifs.

Des droits et des services pour l’accompagnement des personnes en situation de handicap dans leur vie quotidienne


Aujourd’hui, les pouvoirs publics, les établissements de santé, les centres médico-sociaux et le Ministère de la Santé et des Solidarités travaillent main dans la main pour améliorer le quotidien des personnes en situation de handicap


Dans l’éducation, des progrès ont vu le jour pour la scolarisation des enfants handicapés avec le projet personnalisé de scolarisation mis en place en partenariat avec les maisons départementales des personnes handicapées. À noter que depuis la loi handicap de 2005, un établissement scolaire doit accueillir tout enfant ou élève, peu importe son origine et sa situation de handicap. L’enseignant de l’enfant devient le référent pédagogique et s’assure de la bonne accessibilité de la formation pour l’élève handicapé. 


Par ailleurs, d'un point de vue financier, des aides ont été mises en place pour soutenir financièrement les personnes en situation de handicap. Par exemple, la CAF (Caisse d’Allocations Familiales) peut verser des allocations aux personnes handicapées en fonction de leurs revenus.

 

Enfin, concernant le marché du travail, la loi du 1er janvier 2020 soumet chaque entreprise de plus de 20 salariés à une obligation d’emploi des travailleurs handicapés à hauteur de 6 % de la masse salariale.


Si l’accessibilité des établissements recevant du public s’améliore en France, il reste encore de nombreux obstacles à franchir pour faciliter la vie des personnes en situation de handicap. La question de l’éducation, de la formation, de l’emploi et de l’intégration sociale pour ces enfants ou ces adultes n’a pas encore fini de faire parler d’elle.


À lire également :